e
Brand

Le monopode : votre support indispensable !

Pour de nombreuses pratiques photographiques, le télé-objectif est incontournable. Il s’agit d’un objectif très long et assez lourd. Pour vous aider lors de votre prise de vue, vous aurez pour support un trépied ou un monopode. En matière de photographie sportive, animalière et en nature, on utilise le plus souvent un monopode.

Comment choisir votre monopode ?

Plus votre télé-objectif sera lourd, plus il faudra vous adapter au poids que vous allez supporter durant plusieurs heures. Si vous utilisez un objectif de type 70-200 mm, vous pourrez aisément utiliser un monopode type Manfrotto Xpro comme le monopode photo Xpro à 3 sections en aluminium.

Pour ma part, j’ai choisi d’utiliser un monopode à 4 sections, en carbone pour le poids réduit, avec une rotule pour pouvoir enlever rapidement mon boitier et faire des photos à main levée plus facilement. En fonction de l’activité choisie et de votre sujet, il peut vous arriver d’être obligé de faire quelques photos à main levée pour être mieux placé. La rotule permet un réel gain de temps et une grande flexibilité. Selon le poids de votre objectif vous pourrez opter pour une rotule simple de type rotule 234 de Manfrotto, qui peut supporter 2,5 kg ou une rotule à 2 axes pour des télé-objectifs lourds comme la 393 de Manfrotto. Cette dernière permet un balancement souple et vous pourrez déplacer l’axe de rotation sur 3 positions différentes. La qualité première de chacune des rotules demeure la souplesse de vos mouvements tout en gardant une stabilisation qui vous permettra de ne pas avoir de flou de bouger.

Comme j’utilise la rotule simple 234 de Manfrotto, j’ai préféré placer une base fluide en bas de mon monopode. Elle se fixe simplement et me permet de basculer dans tous les sens sans perdre le contrôle.

Cette base est dotée du système FLUIDTECH pour une fluidité optimale dans un socle compact. Elle offre un mouvement fluide à 3 dimensions  (sur les axes panoramique, de bascule et de rotation) grâce à une technologie pionnière dans le domaine, basée sur un système sphérique située à l’intérieur de la base. Quand on veut privilégier le mouvement panoramique par exemple, la rotation 3D peut être bloquée en position verticale tout en laissant libre le mouvement panoramique et offrant un contrôle accru en matière de prise vue.

De plus, ses trois pieds me font gagner en équilibre et en stabilité et le fait qu’ils soient rétractables me permet de ranger facilement. Grâce à cette base, mes mouvements sont fluides dans toutes les directions. Que ce soit pour de la photographie sportive, dans un zoo ou dans la nature, il faut que vous soyez confortablement installés et que vous ménagiez votre corps.

La première charge du photographe, c’est le poids de son matériel. Bien souvent, on doit tenir toute une journée en extérieur avec notre appareil photo, différents objectifs et de nombreux accessoires. Il faut donc privilégier des supports légers et flexibles. Lorsque je fais de la photographie sportive, je suis amenée à me placer à différents endroits stratégiques. Je me place au maximum au niveau des sportifs puis je bascule légèrement sur les côtés en fonction des besoins. Je veille au maximum à rester sur monopode pour ne pas faire de flou de bouger et créer parfois des effets de filé. L’effet de filé se fait à une vitesse d’environ 1/30 de seconde en fixant bien le sujet qui passe devant vous (en général avec ISO 100 et une ouverture proche de f/20). En parc animalier ou en forêt, je marche beaucoup et donc utiliser un monopode en carbone est un réel gain de poids. Je le place sur mon épaule avec l’appareil fixé dessus. Il faut s’adapter rapidement aux animaux ou éléments naturels. Il s’agit également de se mettre au niveau de son sujet pour saisir de jolis flous entourant les animaux.

Vous l’aurez compris le monopode est un allié indispensable pour vous aider à maintenir stable votre appareil photo avec téléobjectif dans de nombreuses situations !

 

Laetitia GuichardAutres articles de l'auteur

Je suis une photographe professionnelle native du 78, île de France, j’ai 38 ans. Je pratique la photographie depuis plus de 6 ans. J’ai tout d’abord été attirée par la photo de paysage, l’animalier, puis j’ai retrouvé dans la photographie sportive mon goût pour le sport. Je pratique une photographie basée sur l’émotion qui est mon maitre mot. J’ai appris la photographie de manière autodidacte, je l’aborde comme un moyen d’embellir la vie, je cherche le beau dans tous ses états.